Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les THERMO-PILES Club de Jeux de Figurines

Les THERMO-PILES Club de Jeux de Figurines

Club de jeux de figurines pour simuler des batailles & confrontations historiques ou fantastiques.


Un match de Titans

Publié par le P'tit Stratège sur 22 Février 2020, 23:37pm

Catégories : #Blood Bowl, #Annonce

Un match de Titans

Golgoths vs Ogres 

 

A la lecture de ce titre, on pouvait espérer un match entre des bêtes immenses, puissantes, et même si les Golgoths sont des humains, tandis que les Ogres sont accompagnés d'avortons, ce match aura été un match de Titans. 

 

Pour rappel, ce match était le 1er quart de finale, et opposait Von Teufel à Damien. Un duel de style, une opposition entre deux équipes ayant eu des parcours assez divergents. 

 

Pour ce match, qui avait lieu à 10h, la foule s'était déplacée en masse, et le match débutait déjà en tribunes : 14 000 avortons, ogres et cousins éloignés faisaient face à 14 000 hommes et femmes, venus encourager les Golgoths. Ces 28 000 spectateurs ne demandaient qu'une chose : du spectacle, et un peu de sang. D'autant que le temps semblait se prêter à du jeu... Même si une légère brise venait refroidir les extrémités.

 

Pour ce match, Damien pouvait s'appuyer sur son entraînement supplémentaire (+1 relance) & un ogre mercenaire venu des contrées de l'Est, avec la compétence Garde.

 

Le Match : un suspense & des duels à tous les étages

 

Le toss fut remporter par les Snot'Ogres, qui décidèrent de recevoir la balle... Et le kick fut donné... 

 

COUP D'ENVOI 1ère MI TEMPS

 

La balle était encore en l'air quand les joueurs de Damien se lancèrent à l'offensive. Une surprise travaillée à l'entraînement, qui permis aux Snot'Ogres de se déplacer furtivement et d'entrer dans la défense des Golgoths. Pour se réchauffer, les Ogres firent parler leurs poings et enfoncèrent la première ligne des Golgoths.

Les Golgoths quant à eux tentèrent de jouer les "duels" (à 4 contre 1 ogre), mais ne furent pas en réussite. Seul un blitzer parvint à mettre KO un pauvre avorton. 

Sûrement partis trop fort dans leur match, les ogres furent plus en difficulté sur leur second tour. "Bolgroth" commença à compter les pâquerettes, laissant un énorme trou dans le dispositif des Snot'Ogres. Les Golgoths en profitèrent et se ruèrent dans la brèche pour presser le porteur de balle avorton. 

Après un bon coup de gueule au bord du terrain de la part de leur coach, les Ogres se réveillèrent quelque peu, et Bolgroth, devenu un peu le capitaine malgré lui de l'attaque, ordonna par des ordres simples à ses joueurs de former la cage "Lé gars, b'gez votre fion, formez l'carré autour des p'tits trucs". Sans discuter, les 5 autres ogres s'exécutèrent, et c'est une cage de 6 ogres & 5 avortons avec le porteur de balle au centre qui pris place au milieu du terrain. 

Pour autant, les Golgoths ne se démobilisèrent pas, emmenés par Bouyabès (n°11 ogre des golgoths) & leurs blitzers, les joueurs de Von Teufel brisèrent le dispositif à grands coups de casque, et avec malice, comme ce coup d'un blitzer seul face à un ogre dans les parties intimes, lui permettant de repousser la massive créature face à qui il était. 

Tandis que d'autres étaient au front, une ligne arrière se dessina de 4/5 joueurs, qui se préparaient à recevoir un possible lancer d'avorton, sachant pertinemment que l'arrêter serait une tâche ardue. 

En manque de solution face à cette belle défense humaine, Bolgroth qui commence à connaître les tactiques de jeu, prit l'avorton avec la balle sans lui demander son avis et le balança aussi fort que possible vers l'embut des Golgoths. Le petit gnoblard ricocha 3 fois sur le sol avant de se réceptionner magnifiquement, et se dirigea en passant sous les jambes des défenseurs vers la ligne de touchdown pour aller marquer. 

 

TD SNOT OGRES (4è tour)

SNOT OGRES 1 - 0 GOLGOTHS

 

En manque de solution offensive, les joueurs de Damien ont réussi à faire preuve d'un grand réalisme et surtout d'habilité dans leurs gestes, chose qui n'a pas été évidente lors de la saison régulière. Pour pallier à ce problème, le coach Damien avait tout prévu : des casques rembourrés pour amortir les chocs sur la tête de ses avortons, et des supporter payés pour avoir de grandes pancartes rouges indiquant à ses joueurs où ils devaient marquer. Fortiche le type. 

Pour les Golgoths, ce TD venait un peu annihiler les gros efforts réalisés en défense, pire encore, la sensation de ne rien pouvoir faire face à ces lancers d'avortons sema le trouble dans les têtes des hommes. Bonaparte, capitaine & lanceur de l'équipe humaine, poussa sa gueulante pour remobiliser ses hommes "Oh les p'tiots, on va se réveiller et on va leur mettre des belles mandales dans leur gueule ! Eux, ils y vont à la zob, nous on y va à la castagne !

Transcendés par ces mots, les Golgoths qui recevaient la balle, se lancèrent à l'attaque, et déchirèrent le premier rideau imposant de 6 ogres. Mais les avortons, à défaut d'être grands & puissants, étaient hargneux et courageux. C'est pourquoi ils se mirent à 4 sur le porteur de balle, et réussirent à le faire tomber au plus grand désarroi de Von Teufel. S'en suivi une belle partie de manivelles où personne n'osait ramasser la balle, jusqu'à ce que Padobleu (n°14 blitzer Golgoths) réussit à prendre le cuir, et mit les cannes pour aller s'offrir son touchdown en solo et ce, juste avant la pause.

 

TD GOLGOTHS (7è tour)

SNOT OGRES 1 - 1 GOLGOTHS

MI TEMPS

 

Cette première mi temps avait tenu toutes ses promesses : du jeu, de la folie, des contacts, et un match qui n'avait clairement pas donné son verdict. Si les Ogres avaient réussi à dégainer les premiers grâce à une belle action "stratégique", les Golgoths avaient fait preuve de caractère pour revenir au score avant la mi-temps, gardant en tête qu'ils récupéreraient le cuir au coup d'envoi de la seconde mi-temps. Seul bémol : le temps ! 3h pour un mi temps, du jamais vu (temps d'un match normal). 

 

Les ogres donnèrent le coup d'envoi de la seconde mi temps, sous les acclamations d'un public heureux et stressé pour leur équipe respective. 

 

COUP D'ENVOI 2ème MI TEMPS

 

Les Golgoths repartirent avec des intentions, perçants à nouveau le rideau défensif. Mais les Ogres, revenus également avec l'envie de gagner ce match, sortirent ce qu'on appelle communément "la boîte à calottes", mettant coup sur coup deux joueurs des Golgoths KO. 

L'avancée des Golgoths qui portaient la balle fut longue et fastidieuse. Eux qui étaient si à l'aise offensivement, semblaient douter de leur force, se compliquant la tâche. 

Padobleu lui n'en finissait pas de briller - se saisissant de la balle suite à une belle passe ajustée de Bonaparte, le blitzer de la Rade commença son numéro de soliste, transperçant le rideau dense d'avortons, qui tentèrent de le ralentir. Mais comme transcendé par l'événement, Padobleu déménagea tout sur son passage, ne manquant pas de faire sortir 1 ou 2 avortons, et sur une ultime esquive s'en alla marquer son Touchdown rageur, faisant exulter la foule en délire. 

 

TD GOLGOTHS (6è tour)

SNOT OGRES 1 - 2 GOLGOTHS

 

Les Golgoths devaient désormais tenir 3 tours. Fair play, les joueurs de Von Teufel n'avaient pas joué la montre, respectant leurs adversaires du jour, au plus grand plaisir de Damien qui adressa un remerciement de loin à Von'. 

Ce fut au tour du capitaine Ogre, Bolgroth, de réunir ses hommes avant la réception de la balle : "Lé gars, on n'a rien à perdre sur c'match. On a battu l'nains qui puent, on a mangé slanns, on a cassé gueule aux bonhommes d'neige, on peut bouffer humains. On fait tactique coach a parlé hier. S'vous chiez, j'vous mange". 

Des mots forts et clairs de la part du capitaine des Snot'Ogres, qui motivèrent certains à réfléchir avant de jouer. 3 tours, c'était le temps laissé aux joueurs de Damien pour égaliser et prolonger cette demie finale qui ne finissait pas (6h de jeu !!). 

Prenant le temps de se former, les Ogres multipliaient les possibilités de lancement de coéquipier. Les Golgoths eux défendaient au courage, face à la déferlante des Ogres qui se montraient intraitables en 1 contre 1. 1, puis 2 joueurs des Golgoths durent sortir, trop marqués par leurs adversaires. Les Snot'Ogres eux avançaient doucement, mais sûrement, et le porteur de balle lui se tenait prêt à tout moment, sachant que tout un peuple attendait beaucoup de lui. Puis sur un coup de génie des avortons, le porteur de balle fut projeté par un humain plaqué dans sa case sur un ogre démarqué, lequel s'empressa de le prendre et de le balancer de toutes ses forces. 

Comme porté par le public (et aussi pour ne pas être mangé par son capitaine), l'avorton rebondit 3 fois vers la ligne d'embut des Golgoths, passant en revue l'arrière garde qui était médusée par ce lancer énorme. L'avorton se réceptionna sur ses pattes, et courant en sortant son zob', alla planter un magnifique touchdown qui fit délirer les supporter des Snot'Ogres but So, tout en éteignant la ferveur des supporter rouges & noirs. 

 

TD SNOT OGRES (7è tour)

SNOT OGRES 2 - 2 GOLGOTHS

PROLONGATIONS

 

Le match n'alla pas plus loin ensuite, il était impossible pour les Golgoths de marquer en un tour. Les prolongations furent annoncées par l'arbitre. Un toss, une mort subite, et un match qui encore une fois, s'éternisait. Mais ce match, le plus long de l'histoire de la Bowl T, faisait vivre des sensations extraordinaires, pour les supporter, pour les joueurs, et pour les coach. Le suspense était à son comble, et le toss, qui aurait une importance capitale, fut pour les Golgoths, qui choisirent logiquement de recevoir. 

Les coachs eurent 5 min pour parler avec leurs joueurs respectifs. Côté Damien, les consignes étaient simples "Les gars, ne vous prenez pas la tête, vous avez gagné ce match. On est en quart de finale, on envoie l'un des favoris en prolongations. Votre maillot là, oui le truc que tu portes en culotte Morg, vous l'avez mouillé, vous lui avez fait honneur. Donnez tout p***** !"

Côté Von Teufel, le discours sonnait à peu près pareil : "Les mecs, on est à 1 TD des demies finales. On est à un p***** de touchdown de sortir de ce match ! On va le faire, on n'est pas des cono à la fin ! On va s'arracher : si ils vous arrachent une main, frappez les avec le bras ! S'ils vous arrachent un bras, frappez les avec la jambe ! S'ils vous arrachent les jambes, frappez les avec votre tête, mais bon sang les mecs, donnez tout, on va le faire !! Remportez moi ce match, pour l'amour de la Rade, pour l'amour de vos supporter !"

 

Vous avez dit émotions ? A l'écoute de ces deux coachs passionnés, de la ferveur des supporter qui au bout de 6h poussaient encore (malgré la brûlure au fond de leur gorge, et une voix s'étouffant peu à peu), nous étions tous en palpitations cardiaques.  Ce match ne se déroulait pas seulement sur le terrain, il était aussi sur le banc, entre coachs, entre remplaçants, et en tribunes. Un match à tous les étages et un suspense à son comble. Ces prolongations, après 6 heures d'efforts intenses, se joueraient au mental, et uniquement au mental. Finis les petits détails, finis les choix réfléchis, d'un côté comme de l'autre, la fatigue pouvait faire flancher le plus expérimenté des joueurs et lui faire faire un mauvais choix. 

Les deux équipes se préparèrent pour l'ultime séquence, et les ogres donnèrent un coup d'envoi sous les rugissements d'une foule qui poussait encore plus qu'à la première minute. 

 

COUP D'ENVOI PROLONGATIONS

 

Cette fois-ci, ce fut au tour des humains de surprendre la défense des Ogres, et de mettre tout ce qu'il leur restait comme force dans leur plaquage. Ce match de titans allait donner son verdict, chaque action comptait désormais. Bouyabès se troua néanmoins sur son premier contact, tombant à terre, et vite réprimandé par Von Teufel car c'était la première action du match.

Les Snot'Ogres se placèrent en défense, un peu désemparés de ce turnover si rapide. Les Avortons vinrent épaissir le second rideau, prêt à accueillir leurs adversaires. 

Les Golgoths progressèrent lentement. Les plaquages étaient offensifs, et Padobleu, qui semblait inarrêtable cet après midi, mis un grand coup de casque à l'un des ogres, le faisant sortir. Mais les hommes, fatigués par leurs efforts, commirent des erreurs, cherchèrent la complexité là où la simplicité devait être la priorité. Comme ce blitzer tentant sa chance sur l'un des ogres en 1 contre 1, et qui forcément se troua. Des petites erreurs, qui conjuguées à la belle défense des Avortons, laissaient les Golgoths à quelques yard de la ligne d'embut. 

Cette défense des avortons, elle permit même de faire tomber le porteur de balle. Et une nouvelle guerre de tranchée commença pour récupérer la balle. Plus agiles, plus habiles, un avorton tenta sa chance & s'extirpa de la zone à risque, lançant la contre attaque des Snot'Ogres sur une foule toujours plus en délire. Les joueurs de Damien avaient 100 yards à remonter. 

Padobleu, encore lui, ne pouvait laisser faire ça, et dans un ultime effort, alla chercher le porteur de balle et l'écrasa au sol d'un grand coup d'épaule, en profitant pour récupérer la balle. 

Manque de chance pour lui, il se prit en rab un ogre, et 3 avortons, et une nouvelle fois, une erreur de fatigue qui coûta cher ! En repoussant le joueur des Golgoths proches de la ligne de touche, les coéquipiers de Bolgroth risquaient de voir la balle partir en foule, et du côté des supporter golgoths en plus! Ce qui arriva, la balle alla en touche & fut renvoyée immédiatement dans une zone libre où quelques joueurs Golgoths se tenaient. Ajoutez à cela 2 ogres qui ramassent des pâquerettes (même si à ce stade, sans s'en rendre compte ils ramassaient des dents) et la voie était toute tracée pour les humains afin de mettre fin à ce match. 

Emmanuelli (n°10 lanceur des Golgoths) prit ses responsabilités, allant chercher le cuir. Pendant ce temps là, Edouardo (n°8 coureur) mit les cannes et dans un dernier effort, sprinta sur la ligne d'embut, attendant le cuir, les mains tremblantes, et l'échine parcourue de frissons. 

Emmanuelli fit l'effort de se rapprocher le plus proche possible, mais c'était une bombe qu'il devait lancer. Sans se poser de questions, et comme à l'entraînement, le joueur délivra une passe vissée des plus splendides. La balle tournoyait dans les airs vers Edouardo sous le regard de tous les acteurs du jeu, dans un silence de cathédrale - tous retenaient leur souffle.

Edouardo eut le cuir et relâcha la balle, avant de s'y reprendre et de de capter acrobatiquement le ballon, s'agenouillant dans l'embut. Il venait de faire gagner son équipe, il venait de délivrer ses supporter, il venait de qualifier les golgoths pour les demies finales. 

TD GOLGOTHS (6è tour)

SNOT OGRES 2 - 3 GOLGOTHS

FIN DU MATCH

 

L'analyse du match : le match de tous les superlatifs 

  • Le plus long déjà : 7h de match, un record dans la Bowl (voire dans le monde ?) Les deux équipes, les 2 coachs, les supporter ont livré un match épique où il ne fallait pas être attendu ailleurs. Mais comme le signalera Von Teufel à la fin "Ce n'est pas à reproduire. Mentalement, 7h c'est beaucoup trop". 
  • Le plus dur mentalement : un match de Blood Bowl forcément mentalement ça travaille. Alors imaginez un match de 7h, mentalement vous exploser. Les deux coachs en particulier, plus ou moins spectateurs, ont dû plusieurs fois bougez de leur blanc pour fluidifier leur sang et se détendre face à une telle pression. 
  • Le plus beau émotionnellement : on ne va pas vous le cacher, de tous nos rapports de matchs, c'est LE match le plus beau émotionnellement qu'il nous a été donné de voir. Nous sommes passés par toutes les émotions : la surprise du 1er TD des Snot'Ogres, l'heureuse égalisation des Golgoths pour relancer le match, l'impressionnante persévérance des hommes pour le 2nd TD des Golgoths, l'admiration face au second TD des Ogres, et enfin la délivrance du dernier TD. Si ce match a été long, il a aussi été beau. Les deux équipes se sont rendues coups pour coups 3 TD vs 2 TD ; 3 sorties vs 3 sorties, 3 KO vs 3 KO. Le respect profond et mutuel entre ces deux équipes nous a aussi bluffés, préférant jouer le jeu que la montre.

 

 

Les joueurs : Bolgroth la tour de contrôle, Padobleu le joueur du match 

Si les deux équipes ont réalisé une performance XXL sur le terrain, nous avons souhaité mettre en valeur 2 joueurs aujourd'hui : 

  • Bolgroth - capitaine des Ogres : le capitaine a porté cet après midi toute la responsabilité qui l'incombait. Malgré une première action "ramassage de fleurs", le joueur s'est ensuite démultiplié sur le terrain, réalisant des blocages utiles pour son équipe. Rarement mis à mal, l'ogre aux allures de Troll s'est donné pour son équipe. Sans oublier ses "encouragements" pour motiver son équipe. Bravo Cap'tain !
  • Padobleu - n°14 blitzer des Golgoths : 2 sorties, 2 TD, 1 KO, et le titre de JPV du match. Quel match de Padobleu ! Le joueur des Golgoths était dans un grand jour, et a porté son équipe vers la victoire. Il s'est donné à corps perdu dans la bataille, comme cette dernière action où il annihile la relance de jeu des avortons à lui seul. Chapeau bas. 

 

 

Les réactions d'après match :

" Que dire !? Résumé ce match à une action d'éclat, à des réussites hasardeuses ou a des échecs improbables serait une pirouette facile mais irrespectueuse. Irrespectueuse pour mes joueurs, qui ont tout donné, qui n'ont rien lâché et qui ont démontré que notre présence dans cette bowl et à ce stade des play-offs n'est pas une farce. Irrespectueuse envers nos adversaires aussi, qui ont fait, de ce simple match de quart de final, un monument du Bloodbowl, par leurs engagements et leur ténacité. Que ce soit les Golgoths ou les Snot'ogre, ils ont tous respecté le jeu et les joueurs. Au final la defaite est là ... mais bor**l de m**de, quelles émotions fortes ont a eu ! Et je pense que c'est le souvenir que nous en garderont !!" Damien, Coach des Snot'Ogres

 

"De mémoire de coach, je n'ai jamais vécu avec autant d'intensité un match. On est allé se le chercher celui là, au mental, aux tripes, et aux c*****s. Bravo à nos adversaires déjà. La victoire n'est belle que quand les adversaires d'en face sont bons et Dieu sait qu'ils l'ont été. Bravo à l'équipe ensuite. On a paniqué d'entrée de jeu, mais on a fait face, on est revenu au score, puis on est passé devant. Malheureusement on se prend un TD sur la fin mais il était mérité sur l'ensemble du match qu'ont proposé les Snot'Ogres. Et après on y va vraiment avec le coeur. Les supporter ont été incroyables aujourd'hui, l'ambiance était dingue et digne des phases finales." Von Teufel, coach des Golgoths de la Rade

 

Notre analyse d'après match : les Snot'Ogres ont gagné le respect, les Golgoths un mental. 

Ne nous le cachons pas ! Beaucoup pensait que les Snot'Ogres, qui ont vécu une saison galère, seraient terrassés par l'expérience et la vitesse des Golgoths. Pire, nombreux sont ceux qui pensaient que les Snot'Ogres n'atteindraient pas les quarts de finale. 

Ils ont fait taire les critiques, ils ont touché le cœur du public, et ils ont gagné le respect de tous. 

Vainqueurs de Durgrim 2-1, les joueurs de Damien ont ce jour-ci poussé dans leurs derniers retranchements les golgoths de la rade, pourtant favoris au titre. Mieux, ils se sont payés le luxe de laisser planer le doute sur l'issue du match, en allant chercher un TD salvateur dans les arrêts de jeu. Malgré une saison galère, les Ogres ont prouvé que leur présence en playoffs n'était pas une farce pour reprendre les mots de leur coach, mieux, ils ont prouvé qu'ils avaient toute leur place. 

 

Côté Golgoths, cette victoire qui fut la plus dure de leur saison, est sans doute un acte fondateur pour cette jeune équipe. Soudés, ils n'auront rien lâché pour aller décrocher leur billet en demie finale. 6 ans après, Von Teufel retrouve le goût des demies finales, lui qui avait mis entre parenthèse sa carrière de coach en 2015 (défaite du SC Putrides en quart de finale). 

 

 

La suite ? Une revanche à venir, une prolongation ?

La suite de tout ça ? On la connait déjà, ou presque. 

Pour Von Teufel, le coach qui reste sur 8 matchs sans défaite, la demie finale sera face à Skink & ses Je s'Appelle Groot. Un match aux airs de revanche pour le coach des Golgoths puisque pour rappel, lors de la J1, les humains s'étaient inclinés lourdement sur le score de 4-1. Interrogé à nos micros de K'Anal + Bowl à ce sujet, le coach nous a répondu ceci : "Pour le moment, on va se reposer. On a eu une longue journée, je pense que les mecs méritent de souffler avant de parler de la suite. Un gros match nous attend, c'est sûr, mais on verra ça plus tard. Pour le moment je vais aller boire une bière ou deux avec mon ami Damien, & ensuite on ira se reposer.

 

Côté Damien, le coach qui avait 1 an de contrat avec les Snot'Ogres pourrait bien prolonger d'une année supplémentaire. Restant évasif quant à son futur, il nous a cependant concédé "Ils ont beau être un peu débiles, lents à la détente, ce sont des gars attachants. On a trouvé des solutions pour palier à leurs difficultés, et ils aimeraient bien que je reste encore un an. Je vais y réfléchir. J'ai le temps d'y réfléchir !"

 

 

L'image du match et le mot final : 

Pour terminer ce long rapport, revenons sur l'image de ce match. 

Au coup de sifflet final, alors que les joueurs se ruent sur le terrain, Von Teufel & Damien viennent se serrer immédiatement la main et se congratuler l'un et l'autre. Une belle image venant conclure un match de titans.

Les valeurs du sport. 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents